coachchant.com

 coaching vocal, voix parlée et chantée

Caroline Dhôtel, site officiel

Parce que la voix est l'instrument de l'âme... Qu'attendez-vous pour faire connaissance avec la votre ?

Blog

Chanter donnerait confiance en soi... Vous en pensez quoi?!

21 novembre 2016

Chanter donnerait confiance en soi... Vous en pensez quoi?!

Véritable énergie, la voix ? Bien utilisée, elle nous aiderait à gérer nos émotions, à dépasser nos peurs et à réguler certaines maladies ! Une technique ancestrale que l’Occident redécouvre. Par Erik Pigani.

Bonne lecture!


A-r-e-i-o-oum », « a-r-e-i-o-oum »

Assises en cercle, une trentaine de personnes scandent à l’unisson chacune des lettres de cet étrange mot. « Plus clairement, articulez bien, mais sans forcer », conseille l’animatrice du groupe en tapant dans ses mains pour marquer le rythme.

C’est l’un des nombreux exercices que Catherine Gaytte a mis au point dans le cadre de ses stages de développement personnel fondé sur le travail de la voix chantée (voir ci-dessous). Le but : ressentir l’effet des vibrations subtiles de chaque lettre dans la gorge, le palais, le sternum, le ventre et le haut du crâne. Vibrations perceptibles non seulement physiquement, mais aussi émotionnellement et spirituellement.

Car voilà l’idée-force des techniques de chant développées récemment : la voix est une véritable énergie physique, mentale et spirituelle. Travaillée et bien utilisée, elle est capable de nous recharger et, ainsi, de nous aider à gérer nos émotions, à trouver notre identité, à affronter nos peurs, même à réguler certaines maladies ! Ce que toutes les traditions spirituelles expliquent et pratiquent depuis l’aube des temps. Et que l’Occident semble redécouvrir depuis une dizaine d’années…

Travailler sa voix

En France, peu de thérapeutes proposent un travail sur la voix. Et pour cause : il faut à la fois être soi-même chanteur, posséder une formation musicale et bénéficier d’une solide expérience psy. La majorité des chanteurs-thérapeutes ont donc mis au point leur propre technique. Voilà pourquoi, aujourd’hui, on a presque autant de méthodes que de praticiens ! Quelques exemples parmi les plus importantes.

La psychophonie
Au début des années 60, après de longues recherches sur l’effet des sons sur le corps humain, Marie-Louise Aucher crée la psychophonie. Elle est la première – et longtemps la seule – à utiliser la voix comme technique de connaissance de soi et de mieux-être, ainsi que comme procédé thérapeutique. Sa grande découverte : les vibrations de la voix se propagent dans le corps à travers le squelette, l’os étant un excellent conducteur du son ! Elle établit ainsi une cartographie des correspondances entre les sons et les différentes parties du corps, avec leurs effets physiques et psychologiques. Elle travaille notamment beaucoup avec les femmes enceintes. Aujourd’hui, son œuvre et son travail sont poursuivis par les professionnels agréés du Collège de psychophonie Marie-Louise Aucher.

Le chant harmonique
Au début des années 70, David Hykes, un jeune musicien américain, met au point une technique très particulière en s’inspirant du chant « diphonique » des traditions mongoles et tibétaines : à partir d’une note chantée, une certaine position de la langue par rapport au palais permet d’en émettre une seconde.
Le résultat est stupéfiant : le chanteur ouvre la bouche, produit une série de notes graves – toujours la même – et, en « surimpression », une série de notes aiguës, qui montent, descendent, rebondissent dans les intervalles. On croirait entendre une voix de rêve, peut-être le chant mythique des sirènes… Après avoir fondé l’Harmonic Choir américain et le Chœur harmonique français, David Hykes développe son art en tant que méthode. « C’est avant tout un travail de l’écoute, dit-il. Chercher à reconnaître et identifier deux notes qui vibrent en nous en même temps, est une porte d’entrée à un vaste monde d’expériences intérieures. Or le prix d’une meilleure écoute de soi, c’est accepter d’entendre ce que l’on est. » Ce travail est repris par quelques thérapeutes, notamment par Philippe Barraqué.

Méthode : Chantez maintenant
Iva Barthélémy. En 1975, cette chanteuse lyrique a créé sa propre école. Engagée dans une belle carrière d’opéra, elle s’est retrouvée complètement aphone, victime d’un accident des cordes vocales. Pendant des années, elle a cherché les causes de son mal, travaillé, élaboré des exercices pour recouvrer ses capacités. Elle a découvert que produire un son nécessite l’intervention de près de 300 muscles, et a mis au point sa méthode, désormais base pour nombre de praticiens, qui peut compléter, d’un point de vue technique, celle de Marie-Louise-Aucher. Si ses cours sont plutôt destinés aux professionnels, « travailler avec Iva Barthémlémy, c’est s’engager aussi dans un processus de découvertes sur son propre corps, sur l’image de soi. Elle entraîne ses élèves à explorer leurs propres potentialités, à les dépasser... », écrivait Joëlle de Gravelaine dans « La Voix libérée », (Robert Laffont, 1995).

L’« En-chanté »
Au milieu des années 80, Catherine Gaytte, chanteuse lyrique, est atteinte d’un cancer. Alors qu’elle est condamnée, explique-t-elle, le travail de la voix dans un but thérapeutique la sauve. Renommée dans les milieux musicaux, elle désire partager son expérience et ses découvertes. Elle crée sa méthode et ses stages « Explorer l’En-chanté », en collaboration avec le pianiste Jérôme Madesclaire. Bien qu’elle donne aussi des cours privés, elle axe son travail essentiellement sur le groupe. On y apprend à respirer, à improviser, à utiliser ses cordes vocales, à partager les émotions intimes, à jouer de son corps comme d’un instrument. Et à chanter devant un public.

La voix énergie
Organiste, chef de chœur et psychothérapeute, Jacques Bonhomme crée sa méthode en 1993, fondée sur onze « clefs » réparties sur tout le corps (clef thoracique, clef cervicale, clef faciale, etc.). « Les explorer et les connaître, c’est être capable d’évaluer nos résistances, et de mettre du sens à ces résistances, explique-t-il. Or la voix utilise la totalité de l’instrument corps. C’est un amplificateur d’émotions. »

Quel Stage choisir?

En raison de cette variété d’approches, aucun stage ne se ressemble. Les centaines d’exercices dont disposent les chanteurs pour apprendre à respirer, à dégager le larynx, à faire vibrer la langue, à projeter les sons, à clarifier la voix, etc., sont adaptés pour les non-professionnels. Pas besoin d’être chanteur ou musicien pour travailler sa voix et en retirer les bénéfices, avancent les thérapeutes. En général, les exercices sont répartis en deux catégories.

Individuels, ils consistent surtout à faire prendre conscience des sensations entraînées par la résonance des sons dans l’ensemble de notre système osseux. Par exemple, émettre un « i » aigu, dents serrées, fait plutôt résonner le haut du crâne. « Une sensation pas vraiment agréable, raconte Alain. Mais, bouche ouverte, l’effet est curieux : j’ai eu l’impression de subir un “massage” du cerveau, à peine perceptible, mais qui a commencé à me détendre. » Bouche ronde, le « o » fait résonner le sternum et le plexus solaire. « J’ai préféré cette position, car je me suis senti en sécurité, comme si j’étais entré en contact avec la terre, avec quelque chose de très profond. »

Collectifs, les exercices consistent, par exemple, à s’asseoir en tailleur, deux par deux, face à face, à se regarder dans les yeux et à écouter attentivement une musique. Il faut ensuite chanter la mélodie, phrase par phrase, à tour de rôle, comme si c’était un dialogue. « En suivant la musique, j’ai laissé les sons sortir, sans forcer, poursuit Alain. Alors que je suis d’une timidité maladive, j’ai tout à coup compris que les rapports humains peuvent être moins compliqués qu’on ne le croit, à condition de lâcher prise sur les a priori. Jamais je n’aurai imaginé être capable de chanter pour quelqu’un en le regardant dans les yeux. »

Une libération

Avocats, secrétaires, mères de famille, comédiens, infirmiers, médecins, étudiants, etc. Les stages de chant sont un champ d’expériences privilégiées où la virtuosité n’est pas de mise, où la « beauté » de la voix et la connaissance de la musique n’ont pas d’importance. « Le chant est un langage simple, vrai, universel, qui focalise l’être entier sur la communication essentielle, expliquent Catherine Gaytte et Jérôme Madesclaire. Et c’est une thérapie aux effets insoupçonnés, car il nous libère des barrières que nous tissons à l’intérieur de nous-mêmes. »

Mais comment s’effectue cette libération ?
Première étape : l’écoute. Produire des sons et se concentrer sur les effets des vibrations dans le corps invite à se mettre en résonnance avec soi-même. C’est être totalement présent à soi et en soi.
Deuxième étape : les résistances. Au fur et à mesure que les exercices se déroulent, on découvre que des sons ne sortent pas, ne vibrent pas ou provoquent des sensations désagréables dans telle ou telle partie du corps. « Ce sont des résistances inconscientes, des voix du corps et de l’esprit où l’on ne se sent pas en sécurité, explique Jacques Bonhomme. Le travail consiste alors à prendre conscience du problème et à en découvrir l’origine. »
Troisième étape : l’expérience collective. Après la découverte individuelle viennent les exercices en groupe. « Et c’est là qu’on a l’impression de se mettre à nu, raconte Aline.

Le regard des autres et la peur d’être jugé sont une véritable épreuve. Mais on se rend très vite compte qu’on est tous logé à la même enseigne, et que seul le respect de l’autre permet d’être respecté. Peu à peu, on reprend assurance et confiance en soi. » Il y a deux mille quatre cents ans, Platon le confiait déjà :

« Chanter, c’est mettre à l’unisson l’air qui est à l’intérieur avec l’air qui est à l’extérieur. »

Témoignage

Monique, cadre infirmière, 38 ans : 
“Chanter seule et sans musique m’a permis de prendre de l’assurance”

« Responsable d’une équipe d’infirmiers, j’avais beaucoup de difficultés à prendre la parole en groupe et à trouver ma place. Un jour, j’ai vu une annonce pour des cours de chant et, alors que je n’avais jamais chanté, je me suis inscrite au stage de Catherine Gaytte et Jérôme Madesclaire. Le plus dur, pour moi, ç’a été les exercices d’improvisation : chanter seule, sans musique, devant un groupe, est une expérience émotionnelle intense, qui m’a demandé un sérieux lâcher-prise sur mes peurs. En revanche, l’improvisation collective – nous étions séparés en deux groupes, le second devant “répondre” au premier – m’a donné la sensation d’être portée par la voix des autres. En me laissant aller dans cette énergie, j’ai découvert les possibilités de ma propre voix et j’ai pu prendre de plus en plus d’assurance. L’harmonie qui s’établit dans le groupe, le respect réciproque et le bien-être physique réel que procure ce travail m’ont vraiment encouragée à mieux m’accepter moi-même. »

Crier longtemps et sans se faire mal : la technique des chanteurs de metal Vous cherchez un prof de chant? Quelques conseils pour trouver la perle!

coaching vocal, voix parlée et chantée

coachchant.com

Caroline Dhôtel, site officiel

coachchant.com

Parce que la voix est l'instrument de l'âme...

Qu'attendez vous pour faire connaissance avec la votre?

coaching vocal, voix parlée et chantée